28 juin 2017

Ce n’est qu’en aimant nos ennemis que nous pouvons connaître Dieu.
Martin Luther King (1929-1968), pasteur
Accueil < c'est ma vie < Et la pudeur? < Quand la pudeur devient l’exception
Document Actions

Quand la pudeur devient l’exception

by Christine Brion ,  le 11/08/2006

Eh oui, les temps ont bien changé ! Fini, envolé, le règne de la discrétion et du secret. Aujourd’hui, on vous dit tout, c’est promis !

Et par la même occasion, on vous montre presque tout…Bienvenue dans une nouvelle ère, où la pudeur est devenue une exception.

La pub, de moins en moins pudique
Lorsque vous vous promenez dans la rue, avez vous déjà compté autour de vous le nombre de panneaux publicitaires où on aperçoit une personne nue ? Avouez-le, vous n’y faites plus vraiment attention, tellement ces pubs sont fréquentes. Rassurez-vous, c’est normal. 
C’est un fait habituel, le corps nu est aujourd’hui devenu un argument de vente  et, il faut l’avouer, particulièrement celui de la femme, même si quelques publicités, beaucoup plus rares, utilisent celui de l’homme (peut être vous souvenez-vous d’une certaine publicité pour le parfum Lacoste…ou bien encore d’ une autre vantant la qualité d’un café italien….). «Avec l’humour, la nudité est la façon la plus efficace d’accrocher le spectateur»  explique Lionel Chouchan, président du groupe de communication Public System. Et c’est une tactique  particulièrement développée aujourd’hui,  les publicistes ayant de plus en plus recours à la nudité féminine pour vendre parfums, déodorants, savons, shampoing, voire parfois des objets qui à priori n’ont rien à voir avec le corps de la femme telle une voiture… Les publicistes vont même parfois encore plus loin, n’hésitant pas à insister sur le coté sensuel et sexuel que peut avoir tel ou tel produit: qui parmi vous n’a pas en tête la fameuse publicité «Herbal Essences» ? Eh oui, que voulez-vous, le sexe, «çà fait vendre».

La confusion entre le public et le privé 
à la télé 
De même que la pudeur corporelle s’amenuise de plus en plus,  on assiste de plus en plus à un véritable «déballage» de la vie privée des gens. Il faut tout montrer, tout étaler. On assiste ainsi à la multiplication d’émissions qui partent de ce postulat : des personnes comme vous et moi se confient devant la caméra, exposant à des milliers de téléspectateurs leurs problèmes personnels (manque d’autorité d’un père face à ses enfants, petit ami qui se conduit mal avec sa copine, maison sale….). On peut citer, entre autres, les émissions «Confessions intimes», «Cà se discute» et «C’est mon choix», aujourd’hui arrêtée…. Pourquoi autant de déballage? Au-delà du côté voyeuriste, du malin plaisir que nous, spectateurs, prenons à observer ces gens qui se donnent en spectacle, prêts à tout pour passer à la télé, le succès de bon nombre de ces émissions est peut être davantage à chercher du côté d’une volonté de «naturel», de «vérité», de «transparence». En effet, nous vivons dans une époque où l’hypocrisie est fustigé comme le pire des défauts : il n’y a qu’à consulter les sondages effectués auprès des moins de 30 ans  qui ne revendiquent rien davantage que de pouvoir «être vrai». Ainsi, les producteurs d’émission insistent sur le caractère «véridique» de leurs programmes (1er argument de M6 lorsque fut lancé «Loft Story» en 2001),  même si cette véracité peut, avec justesse, être remise en cause pour de nombreuses émissions. Combien de fois entend-on à la télévision des candidats de télé-réalité qui affirment «Moi, je suis vrai», «je ne joue pas…», «je suis une personne cash», «je ne calcule pas…»? Cette «quête» de la vérité (mais on est bien loin de la Quête du Graal) aboutit ainsi, tout simplement, à l’étalage, sur la place publique, de problèmes qui appartiennent au domaine privé et dont, en réalité, on se passerait volontiers.

les journaux et les livres
Le phénomène touche également les journaux (journaux people…qui nous promettent «tout sur la vie privée des stars»), mais également, et peut être encore davantage, depuis deux - trois ans, la littérature. Ainsi de plus en  plus de livres tiennent lieu de «confessions», de «thérapie». Certains exposent avec tous les détails possibles leur vie sexuelle, d’autres révèlent d’effroyables secrets de famille. Evidemment, là encore, la recette de la «révélation» est particulièrement efficace, l’ouvrage de Catherine Millet (La vie sexuelle de Catherine Millet) s’étant vendu à 2,5 M d’exemplaires.

les conversations téléphoniques  
Toujours en ce qui concerne la confusion domaine public/domaine privé, ne vous est-il jamais arrivé, lors d’un trajet en bus ou en train, d’avoir dans votre voisinage une personne qui, au téléphone, parle tout haut de sa vie privée, fournissant, inconsciemment ou non, des détails particulièrement crus sur sa vie intime, et ce sans aucune gêne ? Et oui, c’est sûr et certain, nous sommes bien dans l’ère de la communication ou plutôt dans l’ère de  l’ego-communication : il faut tout dire, tout révéler… au nom d’une soi-disant transparence, transparence qui en fin de compte relègue à l’arrière plan d’autres choses, peut être  plus importantes…

 

 moi et la pudeur
Posté par andres le 18/08/2006 13:43

pour moi , je ne révèle mes sentiments et mes coups de coeur qu'a mes amis intimes et ceux dont j'en ai confiance

 Pudeur et nudité
Posté par GrandMax le 22/08/2006 08:36

Je partage très largement le contenu de ce dossier sur la pudeur. Je voudrais simplement faire part d'une expérience concernant la pudeur par rapport au corps. Il me semble que dans notre société la nudité est automatiquement associée à la sexualité et l'exposition de la nudité y est de ce fait réprimée comme "attentat à la pudeur". Or, ayant fréquenté des centres de vacances naturiste avec mes parents, j'y ai constaté que la pratique de la nudité collective était une véritable école de respect de soi même et des autres. Le regard sur le corps y est sain, naturel, pudique et chacun est accepté tel qu'il est (hommes/femmes, jeunes/vieux, handicapés...). Paradoxalement, les plages naturistes sont plus pudiques que certaines plages traditionnelles où l'on s'exhibe avec le dernier string à la mode... L'être humain est beau dans sa nudité originelle qui rappelle le paradis perdu... (sans verser dans l'angélisme, bien entendu...). L'art a bien su le montrer depuis des siècles. Max

Votre point de vue

Vous pouvez donner votre avis en remplissant le formulaire ci-dessous. Pour voir quelle apparence aura votre message avant de le valider, cliquez sur "Affichez un aperçu".

Vous n'avez pas ouvert de session. Vous devez saisir votre nom d'utilisateur et votre mot de passe ci-dessous. Si vous ne le faites pas, votre commentaire ne sera pas déposé.



(Required)
(Required)
 
Qui sommes-nous ? | Contacts | Mentions légales | | | >> Log in