03 septembre 2014

Celui qui ne peut plus écouter son frère finit par ne plus pouvoir écouter Dieu lui-même.
Dietrich Bonhoeffer, théologien protestant allemand, victime du nazisme
Accueil < J'y crois, J'y crois pas < À quoi cela...rt de prier? < Comment prier?
Document Actions

Comment prier?

by François Boëdec ,  le 11/01/2007

Il y a bien des chemins pour entrer en relation avec Dieu et le laisser prier en nous. Lequel choisir ?

J’aime bien cette phrase rapportée par saint Jean-Marie Vianney, le curé d’Ars, qui demandait à un paysan pourquoi il passait beaucoup de temps à l’église. Et lui, simplement, sans grande théorie, s’exclama : “Je l’avise et il m’avise” ! La prière serait-elle donc si simple que cela ? Ni plus ni moins qu’un regard échangé, qu’une conversation avec Dieu ?

Il me semble que la prière jaillit, consciente ou non, formulée ou non, des sentiments très forts et très intenses que nous éprouvons à certains moments privilégiés de notre vie. Quelque chose frémit en nous et nous expérimentons alors la saveur, douce ou parfois amère, d’un moment de grâce qui illumine la grisaille du quotidien. Et, mystérieusement, nous ressentons, nous devinons ou nous implorons une Présence…

Frat 2006 - procession aux flambeaux - 1Ce qui est génial, c’est que toute notre vie peut devenir prière, et pas seulement un petit moment arraché au tourbillon de nos journées. La difficulté, c’est d’entrer en prière ! Voici plusieurs manières pour se lancer : à chacun de trouver ce qui lui correspond davantage.

Avec d’autres. Une soirée de prière, un week-end dans un centre spirituel, une semaine à Taizé, un pèlerinage des étudiants à Chartres, une marche l’été… Il existe beaucoup de façons d’être soutenus par les autres dans notre désir de prier. La fraternité chrétienne est souvent un lieu formidable pour oser entrer dans une relation plus personnelle au Christ. Nous avons une telle conscience de nos limites, le plus souvent. Quelle joie alors, quand le feu de la prière prend en nous !

Avec la Bible. Les textes bibliques retracent l'histoire du peuple juif, de la vie du Christ et de la première communauté chrétienne. Ils sont une source inépuisable à laquelle l’Église nous invite à venir nous abreuver largement. Nous ne pourrons vraiment connaître Dieu que si nous passons par la lecture de la Bible. Et surprise ! Voilà que ces textes écrits il y a si longtemps nous apparaissent étonnamment modernes, comme s’ils étaient écrits pour nous aujourd’hui, Parole de Dieu, nourriture intérieure sur notre route.

Avec le «Notre Père». C’est la prière que Jésus nous a enseignée. Elle nous unit à tous les priants, elle nous donne des mots les jours où nous sommes «secs». Même si nous la connaissons «par cœur», cela vaut la peine de l’intérioriser. Une manière de faire : répéter lentement chaque demande du «Notre Père» en la savourant.

L’adoration, par exemple devant le Saint Sacrement, devant la croix ou une icône, est une bonne manière pour nous mettre en présence de Dieu, comme la flamme d’une bougie qui monte vers Lui. Dans l’adoration, nous nous plaçons devant le mystère de Dieu qui s’est fait homme par amour pour nous. La contemplation de ce mystère est infinie ; elle suffit à nous remplir. Ce temps est pour certains l’occasion de faire mémoire de visages, de placer au cœur de Dieu les noms de ceux qu’ils veulent Lui confier. D’autres laisseront monter du fond de leur cœur, au rythme de leur respiration, cette invocation qui nous vient de l’Église d’Orient : “ Seigneur Jésus, aie pitié

de moi pécheur ! ”. Découverte de Dieu présent dans le souffle même de notre vie.

La contemplation d’un paysage ou d’une œuvre d’art peut aussi nous ouvrir à Dieu : les couleurs, les contrastes, la luminosité, les diverses formes… Il ne suffit pas de regarder pour voir, mais d’être disponible, de se mettre en silence intérieurement pour ouvrir les yeux du cœur. Quel plaisir alors, quel émerveillement !

Par le chant. À plusieurs, chanter «de tout cœur», notamment avec les chants de Taizé, pour s’ouvrir intérieurement à la présence de Dieu, grâce à la musique et aux paroles.

Avec les saints et des grandes figures de l’Église pour bénéficier de leur intimité avec Dieu : saint Augustin, saint Benoît, Ignace de Loyola, Thérèse d’Avila, Charles de Foucauld, Thérèse de Lisieux… Chacun avec sa sensibilité propre, l’histoire de sa vie, ses écrits, peut nous guider afin de découvrir notre propre chemin vers Dieu.

Et puis, on peut tout simplement aussi prier avec sa vie. En effet, notre existence est le lieu le plus proche où Dieu se manifeste et cherche la rencontre. Mais savons-nous toujours le reconnaître ? Faire mémoire, c’est un exercice spirituel qui a été très important pour le peuple juif comme on le voit dans la Bible. Notre histoire avec Dieu, nous pouvons la relire chaque jour, ou chaque semaine ou chaque mois. Cela demande une certaine fidélité pour que l’on puisse en voir les fruits. Étonnement et joie de nous rendre compte que Dieu agit dans nos vies.

Il y aurait encore beaucoup d’autres manières de prier, notamment pendant la messe. Mais l’essentiel est l’objectif : la rencontre de Dieu. Prier c’est ÉCOUTER, avec tout mon être, une Parole : Dieu parle dans la Bible, dans l’histoire des hommes et dans ma vie. Mais prier, c’est aussi PARLER : remercier, demander, et oser, en retour, une parole vraie qui monte de ma vie. À chaque fois qu’on laisse à Dieu de la place dans nos vies, on peut être certain qu’il va se passer de grandes choses !

 

 prier c'est difficile
Posté le 11/01/2007 16:39

Je sais bien que les prières peuvent avoir du résultat. Mais je me demande pourquoi avec moi ça ne fonctionne jamais? J’ai prié longtemps car c'était un problème important mais cela n’a pas marché. Pourtant je ne prie pas pour des petites choses.

 Prier, c'est ouvrir son coeur.
Posté par olivier le 15/04/2007 04:29

Pourquoi prier?

  • Prier c'est s'arrêter. Donner du temps à Dieu, chaque jour, chaque semaine. Dans le monde moderne, le dimanche est devenu le jour qu'on "se" réserve, le jour qui est à nous. On oublie que c'est le jour qui est à Dieu. - Si nous ne "correspondons" plus avec Dieu, notre amour est en danger. La fiancée qui reçoit de moins en moins de lettres de son fiancé sait bien que son amour est en danger. - Si nous ne prions plus, nous ne reconnaîtrons plus et n'entendrons plus Jésus Christ nous parler dans la vie Car pour Le voir et Le comprendre, il faut Le regarder et L'écouter dans des rendez-vous journaliers. - Prier c'est d'abord se tourner vers Dieu. Si nous ne prions plus, nous nous tournerons vers nous-mêmes. - Prier c'est nous relier à Dieu. Si nous ne prions plus, nous demeurerons seuls, et comme il faut à l'homme un Dieu, nous nous choisirons pour Dieu. - Si nous vivons loin de Dieu, progressivement nous conclurons : je vis bien sans lui. Si nous vivons sans lui, lentement nous l'oublierons. Si nous l'oublions, nous finirons par croire qu'Il n'existe pas. - Celui qui cherche toujours à obtenir quelque chose de l'être aimé, n'est pas un amoureux, mais un commerçant. Notre Prière, trop souvent n'est qu'un commerce avec Dieu....nous voulons qu'elle "rapporte". - Trop souvent pour nous, prier c'est demander. Or prier c'est d'abord se présenter gratuitement devant Dieu : Notre Père qui es aux cieux, que Ton nom soit sanctifié. - Nous nous plaignons souvent de ne pas être exaucés, c'est que nous renversons les rôles. Nous réclamons de Dieu qu'il fasse notre volonté, qu'il exécute notre plan, qu'il se mette à notre service. Or prier c'est tout le contraire. C'est demander à Dieu de faire Sa volonté, d'exécuter Son plan, de se mettre entièrement à Son service. - Il ne s'agit pas pour nous de faire changer Dieu, mais de nous changer; de nous changer, de nous mettre dans Sa dépendance, dans Sa mouvance. Si nous voulons entendre la musique sur notre transistor, il faut l'allumer, puis le brancher sur la bonne longueur d'onde. Si nous voulons nous mettre en contact avec Dieu, il faut prier, c'est à dire nous disposer à Lui et Lui permettre de nous transmettre Sa grace et Son amour. - Il n'y a rien de trop beau pour offrir à ceux qu'on aime. Parce que Son amour est infini, le Père ne peut limiter Son cadeau aux choses de la terre. Il ne donne que l'infini : Il se donne Lui-même. C'est pourquoi nous ne pouvons demander à Dieu de réussir un examen ou d'obtenir une augmentation de salaire....qu'à la condition d'ajouter : "Si vous jugez, Seigneur, qu'ainsi j'aimerai davantage, Vous et mes frères les hommes." - Faire confiance. Faire toujours confiance. Nous savons que le père ne peut pas ne pas vouloir notre bien. Nous savons que s'il n'est pas bon d'accéder à notre désir, Son amour répondra tout de même, mais différemment. - Dieu à besoin de notre prière. Il ne peut donner que si nous lui demandons, car Il respecte infiniment notre liberté. C'est Lui qui, sans cesse, silencieusement nous prie. Exauçons Son amour.

Comment prier?

  • Il faut vouloir prier, et vouloir prier c'est déja prier. Essayons d'être présent à Dieu, essayons encore, le temps que nous avons décidé, et ne disons jamais : " Je ne peux pas prier", "je ne sais pas prier ", car accepter de toujours essayer, c'est déja prier. - De notre côté, notre prière vaut d'abord par l'effort qu'elle nous demande. Du côté de Dieu, par l'action de l'Esprit en nous. - Ne rêvons pas de conditions exceptionnelles pour la prière. Ne disons pas "si j'avais le temps!", "si j'étais au calme!", "si je pouvais me retirer dans la solitude!"...Certes, il nous faut tenter de réunir les meilleurs conditions extérieures, mais serions-nous dans le désert le plus total, au creux du silence le plus profond, le principal obstacle demeurerait : nous-mêmes, et le monde d'idées, d'images, de sensations, de passions...qui est en nous. - Dans la prière, si nous ne cherchons pas à obtenir "quelque chose", nous tenons au moins à enregistrer une certaine satisfaction sensible. Souvent déçu, nous abandonnons tout effort : "ça ne donne rien", "j'ai l'impression de parler dans le vide", "je ne sens rien"... Sauf grâce spéciale, nous ne pouvons pas ressentir quelque chose dans la prière. Toute émotion vient des sens; or prier, c'est se mettre en présence, en contact avec Quelqu'un qui n'est pas "sensible". Nous ne pourrons prier autentiquement tant que nous attendrons quelques plaisirs sensibles dans la prière. - Prier, c'est très souvent accepter de s'ennuyer devant Dieu. Quand nous sommes écrasés de fatigue, lourd de responsabilités et de soucis, débordés de travail, bousculés par un horaire chargé, sollicités de tous côtés par les autres... Nous obliger à nous arrêter et démissionner totalement devant Dieu, accepter l'inefficacité humaine devant Lui, "perdre notre temps" gratuitement en Sa présence, c'est poser un acte de foi, d'adoration et d'amour, qui est la base de la prière. - Nous pouvons faire croître l'amour humain sur terre. Nous pouvons changer le Monde, le transformer de fond en comble, rien ne sera fait si nous ne prions pas car prier c'est : laisser la Volonté de Dieu s'installer progressivement en nous, laisser l'Amour de Dieu nous envahir à la place de l'amour de nous-même, par nous, introduire le Plan du Père et Son Amour tout-puissant parmi les hommes.

"Pour moi la prière, c'est un élan du coeur, c'est un simple regard jeté vers le ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l'épreuve comme au sein de la joie; enfin c'est quelque chose de grand, de surnaturel qui me dilate l'âme et m'unit à Jésus." Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face *** " La moindre vie spirituelle, si elle se perpétue est une grande puissance. La goutte la plus délicate, si elle ne cesse de tomber, creuse la pierre la plus dure. Saint Isaac le Syrien, Moine *** Pour finir, laissons parler la petite Thérèse, à propos de la prière: "Je dis tout simplement au Bon Dieu ce que je veux lui dire, sans faire de belles phrases, et toujours il me comprend". "Quelquefois, lorsque mon esprit est dans une si grande sécheresse qu'il m'est impossoble d'en tirer une pensée pour m'unir au Bon Dieu, je récite très lentement un "Notre Père". Alors ces prières me ravissent. Elles nourissent mon âme bien plus que si je les avais récitées précipitamment une centaine de fois".

 Priez Jésus - Christ
Posté par InCordeRegis le 24/07/2007 18:14

Il faut prier non en tout premier lieu parce que l’on a besoin de grâces, mais parce nous sommes les amis de Jésus.

Si vous acceptez de dire que vous êtes un ami de Jésus, alors la question ne peut plus se poser.

Nous prions parce que nous aimons être auprès de notre Ami divin,

Nous prions parce que nous aimons être près du Cœur de Jésus,

Nous le prions pour recevoir la douceur et la pureté de cet amour divin,

Pour lui dire que nous le chérissons,

Nous le prions pour recevoir les secrets de ce Cœur,

Nous prions parce qu’il nous a dit : « demeurez dans mon amour » Jn XV, 9

Nous le prions parce que nous ne pouvons plus vivre sans son amour,

Nous le prions parce que la vie est trop triste sans ce feu divin

Nous le prions parce que notre cœur est déjà mort quand il n’a pas cette vie divine que la prière donne.

Nous le prions parce que nous ne pouvons pas toujours vivre sur cette terre, parfois il faut la quitter pour être un peu au ciel et retrouver le Bien Aimé.

Nous le prions parce que notre âme a besoin de respirer l’air pur.

Nous le prions parce que c’est trop dur de voir toujours le péché des hommes : il faut de temps en temps réchauffer et fortifier son cœur en approchant celui qui est la pureté infinie.

Nous le prions parce que l’ingratitude, c’est trop laid...

Sur sa croix, il vous voyait, il nous voyait tous et c’est pour chacun de nous qu’il est mort en des souffrances terribles.

Nous le prions parce cette passion nous a montré magnifiquement combien fort et suave était son amour pour nous,

Nous le prions parce que cet amour est toujours le même car Dieu ne change pas,

Nous le prions parce que nous avons besoin de recevoir cet amour pour entrer dans la vie éternelle : cette vie qui ne connaît pas la mort et la laideur du péché,

Il est vrai que ceux qui ne prient pas reçoivent aussi des grâces, parce que Notre Seigneur poursuit les âmes avec ses grâces et son amour.

Mais il est vrai aussi de dire que quand ses amis ne le prient plus, il ont vite fait de blesser ce Cœur divin…

L’absence de prière, c’est une absence d’amour.

C’est déjà un petit reniement, ce reniement multiplié à l’infini qui a mis Jésus sur sa croix.

Il faut prier :

Parce que sans l’amour de Jésus dans le cœur, la vie devient rapidement vide et absurde.

Parce que sans la prière, notre âme se stérilise, se dessèche, s’atrophie et meurt.

« l’amour est la vie de l’âme, comme l’âme est la vie du corps. »

 prier , c'est parler à DIEU
Posté par zim_anselmo le 22/08/2009 21:10

Quand j'ai un besoin, je vais voir mon papa et je lui exprime ce besoin. Mon papa qui m'aime et qui veut que je sois heureux me donne ce dont j'ai besoin dans la mesure où il est utile pour moi et dans la mesure où lui-même est en droit de me le donner. JESUS pourra dira dire:"si vous qui êtes si mauvais , savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien à plus forte raison votre père qui est dans les cieux vous donnera l'esprit saint ( qui est le meilleur cadeau qu'un mortel puisse avoir)?" Prier, c'est parler à DIEU et laisser DIEU nous parler. C'est une relation intense avec notre père qui est les cieux, c'est-àdire DIEU. Prier est très important car cela représent du carburant pour notre âme. La plus belle et meilleure auto ne peut rouler si le carburant fait défaut. Un chrétien sans prière est une proie facile pour l'ennemi qui est semblable à un lion qui rôde et rugit cherchant qui dévorer(1p5,8). Prier, c'est aussi se soumettre à DIEU afin de faire fuir le diable .Dans la prère, nous pouvons louer DIEU, adorer DIEU et lui lui présenter notre demande( phil. 4,6);

 il ne faut pas prier par interet
Posté par BALERZY le 28/03/2010 12:04

pour moi prier c'est comme pour les pelerinages je pense qu'il faut le faire de bon coeur mais sans rien attendre en retour donc pourquoi attendre d'avoir un probleme pour subitement penser que dieu existe alors que l'on peut prier meme quand tout va bien dans notre vie ne serait-ce que le fait de remercier dieu pour notre vie et pour tout ce qu'il nous donne est une tres bonne priere aussi

 prier c'est difficile, mais
Posté par Victor le 11/01/2007 16:40

Tu as tort de croire qu'il faut prier uniquement quand on a des problèmes graves, parce que la prière est un lien entre nous et Dieu.

 on prie comment
Posté par valentin le 11/01/2007 16:42

A qui faut-il s’adresser quand on prie : à Dieu, à Jésus, à des saints? Comment on fait?

 Croyances et psychose hallucinatoire.
Posté le 14/01/2007 11:11

En cette nouvelle année, serez-vous de ceux, qui ferons un pas en avant pour aider nos jeunes à se sortir de leur incompréhension psychiatrique ?

Ni Dieu, ni Diable, seulement et totalement une maladie psychiatrique.

Après les primates, il y a eu des hommes dont certains souffrent d'une maladie nommée «schizophrénie»; lesquels dans leurs perceptions hallucinatoires croient entendre le Divin - et voient ses envoyés - leur donnant des ordres. Ils sont alors en certitude d’être désignés pour une mission divine.

D’un autre âge, ceux qui se disaient en communication avec Dieu étaient et sont encore appelés «prophètes» avec leurs écrits indiscutables.

De nos jours, ceux qui entendent des voix et qui ont la certitude que Dieu leur parle ; nos jeunes en psychose hallucinatoire paranoïde (schizophrénie) sont traités en psychiatrie.

La psychose hallucinatoire, cette « maladie universelle » que l’on vous a appris à ne pas comprendre.

Ce qui est inscrit sur la notice pharmaceutique d’un antipsychotique de dernière génération : «... est utilisé pour traiter une maladie qui s’accompagne de symptômes tels que entendre, voir et sentir des choses qui n’existent pas, avoir des croyances erronées...».

Cette relation vous semble inadmissible, alors je vous mets au défi de citer une seule autre manifestation qui soit à la fois l’œuvre de l’au-delà et également les symptômes d’une maladie.

Il est temps de ne plus vénérer cette maladie extrémiste.

Un père en prise avec cette « maladie de la croyance ». Maurice Champion - http://monsite.orange.fr/champion20 Cordialement.

(La réalité offre ses possibilités, l’irréalité affirme ses incertitudes).

 Croyances et psychose hallucinatoire
Posté par gaetan le 14/01/2007 17:12

bonjour Maurice

je tient d'abort a te presenter mes encouragement pour le combat que tu mene pour comprendre la schizophrénie. même si je ne partage pas l'ensemble de ton opinion sur le probleme je trouve le sujet particulierement intéressent.

comme tu la deja surment deviné je souffre de cette "maladie universelle" ... tu t'imagine bien qu'on on ne se retrouve pas sur ce genre de forum par hazard ...

pour parler plus serieusement (il le faut bien) je dirait qu'il est beaucoup trop tôt pour tiré ce genre de conclusion. les actuels travaux menés par les " Neurotheologiens" ne peuvent actuelment que confirmée deux chose :

  • le cerveaux humain est effectivement prédisposé a croire - la sérotonine joue un role prédominant dans la sensation du sentiment religieux

puisqu'il existerait une "zone de la croyance" dans le cervaux il faut a mon sens supposer que le fait qu'elle fonctionne est naturel et que cela n'est pas une pathologie en soit... d'apres les information que tu apporte on pourait penser a premiere vue que la schizophrénie est un disfonctionement de cette "Bosse des croyances" mais de la a voire dans toute attitude religieuse une maladie tu me l'accordera il y a une sacré difference.

ces découverte reçente - que je trouve passionante- ne remette pas a mes yeux en cause une Possible existence de dieu. contrairement a ce que tu pense je ne m'avencerais pas a penser que cette partie du cervaux soit "la parabole divine " tout simplement parceque je ne sais pas comment elle fonctionne et que ses attribue reste hors de porté de la science actuelles. ( je noterais cependant que nombre de phénomene inexpliquer sont liée d'une maniere ou d'une autre a des personne de grande foi )

je ferais remarquer d'ailleur bien que cela puisse sembler être un paradoxe que les croyant ne sont pas seul détenteurs de la croyance. beaucoup d'athés et parmis eux des plus "rationaliste" se basent sur des certitude qui n'ont rien a envier a des dogme religieux et qui peuvent parfois mener aux meme extremités.

je comprend cependant ton point de vue ... si j'était moi aussi pere d'un fils schizophrénne souffrant de psychose hallucinatoire je voudrait moi aussi liberez les autre de cette souffrance.

La nature des Illusions de ton fils te pousse a execrer tout ce qui a raport au divins et au religieux. A tel point que tu veuillent liberez tout ces "Malades". le fait est cependant que je ne souffre pas de croire et bien sure que je ne suis pas le seuls je ne suis pas seul

la croyance que tu vois comme une maladie n'aporte pas que du mal. meme si certain aimerais a le laisser penser.

quoi qu'il en soit bon courage !

 Prier pour moi c'est...
Posté le 18/01/2007 14:15

raconter à quelqu'un qui ne vous jugera pas toutes mes petites histoires dures ou pas trop dures c'est dire ma joie parce que des fois, les autres ils ne comprennent pas quand on dit c'est super c'est vrai que des fois on attend une réponse, mais, bon, on ne peut pas tout avoir!

 aimer
Posté par Gwendy le 11/03/2007 11:39

Il y a une de nombreux livres d'écris sur la question. Ainsi, pour de nombreux prêtres, il existe la prière de demande, qui peut être personnel ou pour quelqu'un d'autre, la prière de remerciements...en tout cas, les conclusions tirées sont formelles, Dieu accomplis nos prières si elle sont faites avec confiance, foi et Amour, même si parfois, il est difficile de savoir s'il l'a vraiment fait... Personnellement, je ne crois pas que Dieu accomplisse tout, même si la foi portée en son Amour est vraiment sincère. Il existe un plus grand mystère à cela, en tout cas selon mon point de vue. Je peux avouer n'avoir jamais réussis à trouver de réponse, à part en s'appuyant sur la Bible: "les voix du Seigneur sont impénétrables". Je crois que la prière est le plus beau lien de confiance, car elle est apportée sur la seule puissance de la foi, et que prier est un moyen d'entretenir cette forme d'amour, dans les moments tristes et joyeux. C'est le lien que je ferais, donc, entre peut être la prière de demande dans les moments tristes, et la prière de remerciements dans les moments heureux. La prière est pour moi l'espérance, la promesse de temps meilleurs face à notre monde déchiré. Cependant, je tiens à dire qu'il est possible de trouver la prière en chaque seconde, et que l'isolement n'est pas nécessaire. Les jésuites notamment cherche Dieu en toute chose, même dans le malheur de l'homme.

 prier, parler à un ami
Posté le 12/01/2007 16:42

Je prie, je parle à Dieu comme à un ami, je lui dit mes peines, mes attentes, mes misères. Je le dit merci quand tout va mieux. Quand je traverse des ténèbres je doute des prières et quand les jours" noires" redeviennent lumière je pense que la prière sert. Un ami doit être là pour le meilleur et le pire, fidèle, compréhensif, avec " quatre yeux ouverts!"

Votre point de vue

Vous pouvez donner votre avis en remplissant le formulaire ci-dessous. Pour voir quelle apparence aura votre message avant de le valider, cliquez sur "Affichez un aperçu".

Vous n'avez pas ouvert de session. Vous devez saisir votre nom d'utilisateur et votre mot de passe ci-dessous. Si vous ne le faites pas, votre commentaire ne sera pas déposé.



(Required)
(Required)
 
Qui sommes-nous ? | Contacts | Mentions légales | | | >> Log in